La ville de Mascouche inscrit 181 hectares de milieux naturels dans le répertoire métropolitain des initiatives municipales de conservation

18 juillet 2022

C’est avec le désir d’atteindre un des objectifs émis par le Plan métropolitain d’aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) soit la protection et la mise en valeur de 17 % du territoire, que la Ville de Mascouche passe à l’action en ce sens. Le PMAD a été adopté en 2011 par les 82 municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).

Ainsi, tout en s’appuyant sur l’objectif A5 du Plan stratégique de développement durable de la Ville de Mascouche, qui est d’assurer la conservation des milieux naturels sur une superficie minimale de 34 % de son territoire et de 17 % du périmètre d’urbanisation, la ville de Mascouche inscrit 48 lots totalisant 181,2 hectares au Répertoire métropolitain des initiatives municipales de conservation. Une décision adoptée en résolution par le conseil municipal en juin 2022.

Ces 181,2 hectares appartenant à la Ville de Mascouche sont situés dans un zonage conservation au Plan d’urbanisme, et sont répartis dans trois écosystèmes différents soient le Parc du Grand Coteau, le Parc métropolitain du Domaine Seigneurial de Mascouche et le boisé des Sentiers de la Presqu’île. De ce fait, on les compte tout aussi dans le Corridor forestier du Grand Coteau qui connecte de nombreux milieux naturels.

Qu’est-ce que le Répertoire métropolitain des initiatives municipales de conservation?

La CMM invite les municipalités à inscrire leur contribution à la conservation des milieux naturels dans le Répertoire métropolitain des initiatives municipales de conservation. Les données recueillies dans cet outil permettront de reconnaître et de comptabiliser les efforts soutenus vers la préservation pour obtenir un portrait plus juste et complet de la situation des aires protégées dans le Grand Montréal.

Pourquoi vouer des zones à la conservation?
En vouant ces zones à la conservation, elles sont laissées aux processus naturels d’évolution et de développement pour empêcher que les écosystèmes qui s’y trouvent ne soient entravés par les activités humaines nuisibles à l’environnement. Bref, ces lots sont plutôt mis en valeur tout en préservant leur intégrité écologique. Une action gagnante à la fois pour la nature et la communauté, qui peut profiter des services rendus par ces milieux naturels.

 

Sources

PMAD | Plan métropolitain d’aménagement et de développement

Répertoire métropolitain des initiatives municipales de conservation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *