26 mars 2020

Malgré la situation exceptionnelle que nous vivons, alors que nous sommes confinés à nos domiciles, le printemps ne passe pas son tour et pointe tout de même le bout de son nez. Cela signifie, entre autres, le retour de nombreuses espèces d’oiseaux et également le début de la saison des amours pour plusieurs d’entre eux. Nous vous invitons donc à vous installer confortablement sur votre perron ou dans votre cour arrière et à vous détendre au son du chant des oiseaux!

 

Pourquoi les oiseaux chantent-ils?

Comme vous vous en doutiez sans doute, les oiseaux communiquent en chantant. Les oiseaux mâles le font particulièrement pendant la saison des amours, afin de séduire les femelles et indiquer leur territoire aux autres mâles. Le printemps est donc un moment idéal pour écouter le chant de ces animaux qui, malgré leur petite taille, sont plutôt bruyants!

 

Les oiseaux du Corridor forestier du Grand Coteau

Si vous avez la chance de vivre au sein ou à proximité du Corridor forestier du Grand Coteau (CFGC), vous pourriez notamment entendre le chant de la Paruline du Canada, du Martinet ramoneur ou encore de l’Hirondelle de rivage.

 

La Paruline du Canada (Cardellina canadensis)

 

 

Cette espèce désignée menacée est celle se retrouvant au sein de l’emblème du CFGC. Elle se démarque par sa poitrine et sa gorge d’un jaune vif ainsi qu’un dos, une tête et des ailes de couleur gris bleuté. Elle est une des espèces d’oiseau chanteur migrateur parmi les dernières à quitter à l’automne et parmi les premières à arriver au début du printemps. Lors de la saison printanière, les mâles émettent un chant distinctif fait de notes claires et fluides qui se renforcent à la fin (source : ontario.ca). Écoutez un aperçu de son chant!

 

Le Martinet ramoneur (Chaetura pelagica)

 

 

Cet oiseau de couleur noire se distingue par sa petite taille, sa queue et ses ailes arquées qui lui procurent une ressemblance avec l’hirondelle. On l’observe souvent près des plans d’eau, mais il passe une grande partie de son temps en vol, à la recherche d’insectes dont il se nourrit. Il possède aussi de très petites pattes qui ne lui permettent pas de se poser partout. Son vol saccadé le distingue et il émet un cliquetis qui aide à le différencier des autres oiseaux (source : quebecoiseaux.org).

 

L’Hirondelle de rivage (Riparia riparia)

 

 

Cette espèce d’oiseau a connu un déclin de 98 % de ses populations canadiennes au cours des 40 dernières années, elle est donc malheureusement une espèce menacée. Si vous avez la chance de l’apercevoir, vous pourrez la reconnaître par son ventre et sa gorge de couleur blanche, une bande brun-cendré sur sa poitrine ainsi qu’un dos brun et une queue courte. Comme son nom l’indique, elle niche et chasse généralement à proximité des rivages des lacs et des rivières. Elle est aussi un des rares oiseaux à creuser le sol pour faire son nid. Lorsqu’elle est en vol, l’Hirondelle de rivage émet des battements d’ailes rapides et on la remarque à son chant sonnant qui ressemble à du papotage (source : ontario.ca). Voyez un extrait d’une discussion entre des Hirondelles de rivage.

 

Ouvrez l’œil et tendez l’oreille, une hirondelle ne fait pas le printemps, mais elle indique un bon début! Bonne saison printanière!

 

Sources :

https://www.ontario.ca/fr/page/paruline-du-canada

https://quebecoiseaux.org/index.php/fr/macheminee

https://www.ontario.ca/fr/page/hirondelle-de-rivage

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *